Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Treujenn Gaol

Le Tárogató ou Taragot

10 Avril 2006 , Rédigé par Yvonig Publié dans #Clarinettes du Monde

Le tárogatók de tárogató (hongrois, pluriel), dit taragot ou torogoata (en roumain), est utilisé traditionnellement dans la musique européenne orientale. Il se rapporte à deux instruments différents , tous les deux hongrois. Jusqu'au 18ème siècle environ, le tárogató était un type de hautbois (ou bombarde) : avec un double roseau , un alésage conique , et aucune clef. Cet instrument est connu dès le 15ème siècle. C’était un des symbole hongrois, son utilisation a été supprimé au 18ème siècle.
 
Vers 1890 une version moderne a été inventée par Venzel József Schunda, un fabricant d'instrument de Budapest. A facilité l’instrument en utilisant  des anches simples de roseau , comme sur une Clarinette ou un saxophone . Il est fait en bois et a un alésage conique, semblable au saxophone soprano. L'instrument est fait de bois noir de grenadilla comme une clarinette et a un  son a mi chemin entre un cor anglais et un saxophone soprano.
 
En raison de sa sonorité extrêmement forte et rauque , le tárogató a été employé comme instrument de guerre (signalisation pendant les batailles : comme le bugle et la cornemuse ), et pouvait effrayer les ennemis des Hongrois. Le taragot est accordé en Si bémol. Son étendue chromatique est de plus de 2 octaves. Son doigté est proche de celui du saxophone.
 
On retrouve le Tárogató en Hongrie, Transylvanie et d'autres régions de la Roumanie, bien que ces dernières années sa position ait commencé à être usurpée par le saxophone plus fort et plus accessible, particulièrement en Roumanie. Dumitru Farcas est un interprète bien connu du genre (probablement le meilleur exemple enregistré de son travail est entendu sur l'album "cannelures roumaines" d'Arion,). Les joueurs de musique folk/klezmer/"world de fusion "dans les pays occidentaux ont également adopté le tárogató . Erik Marchand avec Costica Olan et le Taraf De Caransebes , met également à l’honneur le taragot dans différents enregistrements.
 
 
Vieille Publicité hongroise qui montre différents modèles de Taragots par Stowasser
 
A écouter :
Costica OLAN appartient à l'une des deux grandes familles de musiciens tsiganes du « Banatul de Munte », le Banat des Montagnes (région de Caransebes).
Il est originaire du village de Maciova où la tradition affirme que tous les hommes sont musiciens et toutes les femmes danseuses. Enfant il apprend d'abord le fluier (petite flûte) puis le saxophone, l'instrument paternel et enfin le taragot et le saxo soprano dont il devient un maître incontesté.
 
Son style, personnel quoique issue de la tradition familiale, est brillant, plein de variations et de contre-points, de phrases virtuoses fusant dans l'aiguë et de tourbillons rapides de notes détachées. Dans les « doinas » les pièces lentes jouées en mémoire des disparus, la subtilité et le sentiment personnel qu'il apporte dans les phrasés improvisés en font le plus apprécié des « doinitor » (joueur de doina).
 
(Sources : traduction approximative d’après Wikipedia, l'encyclopédie libre)
Discographie :
Costica OLAN  et le TARAF DE CARANSEBES (et Erik Marchand)
SAG AN TAN ELL (VERS L'AUTRE FLAMME) 1994
DOR (1998)
Taraf de Caransebes, musiciens du Banat, Silex 1993
Costica OLAN, Taragot, Cinq Planètes 1999
Costica OLAN si taraful Olanilor, Cinq Planètes 1999
 
 
quelques liens sur le taragot  :
 

Partager cet article

Commenter cet article