Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Treujenn Gaol

Hommage à Ioan Ivancea (Fanfare Ciocarlia)

2 Avril 2007 , Rédigé par Yvonig

Nous apprenons le décès de Ioan Ivancea, le clarinettiste patriarche de la Fanfare Ciocarlia, survenu le 20 octobre 2006. Ioan Ivancea avait 66 ans et était un roi de la clarinette tzigane.

Le cinquième album la FANFARE CIOCARLIA Queens & Kings vient de paraître (mars 2007) et lui rend hommage.

La FANFARE CIOCARLIA a parcouru l’Europe pour enregistrer avec les musiciens représentant les différentes communautés roms du continent. Plus d’une vingtaine de musiciens, venus de France jusqu’à la Bulgarie, se sont unis pour créer ensemble "Queens and Kings" (sur le label Asphalt Tango / distrib. Abeille Musique) - une extraordinaire célébration de la chanson tzigane, avec la participation de Liljana BUTLER, Esma REDZEPOVA, Florentina SANDU, MITSOU, KALOOME, Jony ILIEV, Saban BAJRAMOVIC et Dan ARMEANCA.

Extrait d’article consacré à Ioan Ivancea (4 janvier 1940 -20 Octobre 2006)écrit par Garth Cartwright (en anglais , j’ai pas eu le temps de traduire)
Gypsy leader of Fanfare Ciocarlia, the Romanian village band that found international fame
Tuesday November 14, 2006 The Guardian
 
Ioan Ivancea, the Romanian Gypsy clarinet player who led his village ensemble Fanfare Ciocarlia from rural poverty to international fame, has died of cancer, aged 66. Fanfare Ciocarlia stands as one of the most extraordinary musical success stories of recent times: a decade ago, its members were subsistence farmers in the north-eastern province of Moldavia; today, they can be heard in cinemas across the world playing a version of Born to Be Wild for the Borat film, and their furious, pumping brass sound has fuelled the current Balkan beats club craze.
Their success was made possible by Henry Ernst, a young German sound engineer who, while travelling through northern Romania in 1996, heard about Zece Prajini, a village of brass musicians so obscure it featured on no maps. On arriving there, he encountered Ivancea, the village patriarch, and having heard the dozen musicians' extraordinary technique, he determined to take them on tour in Germany.
Germans of all ages and tastes responded enthusiastically to the band's roaring party music. While the Gypsy brass bands of Serbia and Macedonia were already known in the west - thanks to the films of Emir Kusturica - Ivaneca's ensemble played with a speed and wit unmatched elsewhere. Their brass attack attracted rock and rave fans, while their instrumental finesse galvanised jazz and classical aficionados. How they managed to blend Hungarian, Romanian, Saxon and Gypsy musical flavours (with touches of western jazz and pop) into a hugely entertaining whole remains something of a mystery.
Over the next decade, Fanfare Ciocarlia toured the world many times, released four superb albums, became the subject of German director Ralf Marshalleck's film Iag Bari (Brass on Fire, 2002), won this year's Radio 3 World Music award for best European artists and established themselves as the world's most popular and entertaining Balkan Gypsy band.
Ivancea was born in Zece Prajini, during a fierce winter when Romania's then fascist rulers were massacring Jews and Gypsies in the neighbouring Moldavian cities of Roman and Iasi. Perhaps the village's invisibility saved its Gypsy inhabitants: in the event, Ioan's father was conscripted into the Romanian army, sent to the eastern front, captured by the Red army and held in a gulag camp. Returning home in 1947, he found his son already playing his clarinet, and determined to teach him all he knew.
Communist rule meant that most men from Zece Prajini were forced to work in the local steel mill. Ivancea became leader of the factory band, playing at state functions and local weddings and parties. The villagers were descended from Gypsy slaves who once laboured for local boyar landowners, and their lives continued in an almost feudal manner, with their settlement lacking electricity, telephones and sewers.
 Although the communists had collectivised their farms, Ivancea and his neighbours still worked small plots of land and bred animals. Never visiting Bucharest, and rarely exposed to any music other than that which they made themselves, the villagers developed a unique brass band sound, which Ivan-cea led on clarinet. The collapse of communism in December 1989 was initially liberating, but meant that the villagers lost their factory jobs. With their collectivised land returned to them, Ivancea and his friends took to farming in earnest; even their music suffered as electronic keyboards and DJs replaced Gypsy bands at weddings.
I ventured into Zece Prajini in 2003 to interview Ivancea and other Fanfare members for my book, Princes Amongst Men: Journeys With Gypsy Musicians. International success had enabled them to buy cars and mobile phones, and fit indoor bathrooms, yet life remained largely unchanged. Ivancea had built a new house, yet he and his wife Maria continued to live in their tiny bungalow, apparantly unwilling to change the habits of a lifetime.
 He was gruff yet friendly, his hands calloused from a lifetime of hard work. He suggested the village had developed a brass tradition because farmers' fingers were too rough to play the string instruments favoured by Romania's Gypsies. Proud of his Gypsy heritage, he noted that the villagers were of the Ursari (bear tamers) tribe, while adding, "It is a long time since anyone here tamed dancing bears."
He was contemptuous of both the ingrained racism towards Tziganies (Gypsies) that stains much of Romanian society, and of romanticised western notions of them living freewheeling lives in caravans. He accepted that Ernst's arrival had saved Zece Prajini and encouraged the younger generation to keep on learning music.
Ivancea was still touring with Fanfare until this summer, when illness forced him to stay at home. Diagnosed with cancer, he refused to go into hospital, preferring to stay at home. Only days before his death, he was still asking for his clarinet. He is survived by Maria, his wife of 42 years, two daughters and five boys, three of whom continue to play in Fanfare Ciocarlia.
 


La Fanfare Ciocarlia est née presque par hasard en 1996 lorsque deux allemands, Helmut Neumann (flûtiste de jazz) et Henry Ernst (ingénieur du son) ont débarqué à Zece Prajini, village Rom en Moldavie roumaine, car Neumann était marié à une fille d’un village voisin (Clejani, d’où viennent les non moins célèbres Taraf de Haïdouks). Fort étonnés d’entendre jouer une fanfare en Roumanie, eux qui les croyaient réservées à l’ex-Yougoslavie, ils proposent aux meilleurs musiciens du village de venir jouer en Allemagne. Ce n’est qu’au moment de la tournée que la formation prend le nom de Ciocarlia, qui veut dire alouette, en hommage à un air tzigane célèbre.
 

Alors que le “ manele ”, “ turbo folk ” à la sauce roumaine, règne sans partage sur les radios roumaines, le groupe renoue avec une tradition musicale héritée des fanfares militaires ottomanes. Depuis la fin du XIXe siècle, la musique de ces orchestres de cuivres se transmet d’une génération à l’autre, sans partition. La formation est surtout reconnue à l’étranger, les Roumains restant peu friands d’un genre musical qui leur paraît suranné. Une tendance amorcée depuis la mort de Ceausescu : les fanfares sont de moins en moins nombreuses dans les fêtes, souvent remplacées par une sono, formule moins onéreuse. La fanfare Ciocarlia produit de fait une musique quasi exclusivement réservée à l’export, même si elle continue à jouer en Roumanie. Ce qui conduit le groupe à faire le grand écart entre tournées internationales, devant plusieurs milliers de spectateurs - jusqu’au Japon, et animations traditionnelles pour quelques dizaines de danseurs. Quitte à annuler à la dernière minute quand la voiture tombe en panne...

1er album depuis Iag Bari, sorti en 2001, Giri Garabdi confirme la virtuosité des 12 trublions de la Fanfare Ciocarlia et leur capacité à dépasser le mur du son. Si je vous ai dit que Boban Markovic nous laissait à peine le temps de reprendre notre souffle, ici c’est pire, une fois que la machine est lancée, elle ne s’arrête plus. Ça risque de vous piquer les oreilles puis de vous chauffer les mollets. Pas le temps de dire ouf que déjà vous êtes aspirés par le morceau d’après. Ces types-là jouent vite, très vite. Sans que la qualité d’interprétation ni l’orchestration, toujours harmonieuse, des cuivres n’en pâtissent. Le son des instruments est d’une chaleur incroyable. On tombe sous le charme de mélodies simples mais terriblement efficaces. Chaque instrument a son importance et l’on peut distinguer chacune des parties grâce à la richesse sonore de l’enregistrement. Chaque écoute est l’occasion de découvrir de nouveaux sons. Ici, pas le temps de s’ennuyer.
 
Au fin fond de la Roumanie on sait faire danser. Les trompettes virevoltent, les tubas ahanent, mais tiennent la rythmique d’un souffle de fer, puissamment épaulés par une grosse-caisse des plus toniques. Accordéon et clarinette amènent la légèreté indispensable. Un bémol : Les parties vocales cèdent trop souvent à la mode “ manele ” (peut-être pour conquérir le marché roumain) jusqu’à dénaturer l’accompagnement musical. La version radio d’Alili est ainsi un ton au-dessous du reste de l’album : elle sonne franchement “ commercial ” : basses gonflées à l’excès et voix tendance pop de mauvaise qualité.

Malgré ces travers, il faut insister sur l’originalité de ce disque. Son univers musical ne se limite pas - loin de là - aux tubes cuivrés habituels, vus et revus. Il s’étend du Jazz (Caravan, standard écrit par Duke Ellington) à la musique de film (007 James Bond Thème de John Barry) en traversant la musique latine (Rumba de La Lasi). Voir également les nombreux gimmicks semés le long des 16 morceaux dont les emprunts à la culture populaire (films hollywoodiens, jeux vidéos, hits, séries télé) sont nombreux. Oprica Ivancea et les siens ont l’art de se réapproprier un répertoire désormais mondialisé pour revitaliser des musiques traditionnelles, dont le tort serait de tourner un peu trop en rond. Sans pour autant sacrifier les influences ottomanes et balkaniques. La synthèse entre les jeunes et leurs aînés fonctionne donc parfaitement. Chacun s’accommode des influences des autres, les agite, les mixe, pour servir un cocktail au goût explosif.
 
Le groupe mérite donc son surnom de “ fanfare la plus rapide de l’Est ”. On peut aussi bien dégainer un titre pour réveiller les danseurs les plus éreintés qu’en écouter tranquillement un autre aux influences jazz plus prononcées. En général le calme précède la tempête. Car la spécialité de ces Roumains surexcités, ce sont les changements de rythme. On commence lentement pour on accélérer d’un coup, et ne plus s’arrêter. Respirez bien fort avant d’écouter. Servir chaud.
Mélange de sonorités roms aux accents orientaux avec de la dance, musique électronique commerciale


Nouvel album : Fanfare Ciocarlia - Queens and Kings

Asphalt Tango - CD-ATR 1207
Distribution en France : Abeille Musique
Date de Sortie : 23 Mars 2007
 

Pour son cinquième album, la Fanfare Ciocarlia a parcouru l’Europe pour enregistrer avec les musiciens représentant les différentes communautés roms du continent. Plus d’une vingtaine de musiciens, venus de France jusqu’à la Bulgarie, se sont unis pour créer ensemble " Queens and Kings " - une extraordinaire célébration de la chanson tzigane. Certains observateurs ont pu se demander comment le bouillonnant funk balkanique de la Fanfare Ciocarlia ait pu fusionner avec les guitares flamenco des gitans français de Kaloome ou encore avec la légende macédonienne Esma Redzepova dont la musique est emmenée par l’accordéon ? Les magiciens musicaux de Zece Prajini ne se sont pas posés ce genre de question, guidés par les éléments communs qu’ils partagent avec leurs invités : une langue, une expérience, et une évidente synergie musicale presque indéfinissable propre aux " Gypsies ". La musique hongroise a ainsi imprégné le nord de la Roumanie pendant des siècles, tandis que les musiques yougoslaves et bulgares se sont confrontées aux communautés gitanes de passage. L'Espagne et la France existaient dans les mémoires d’avant-guerre, des connections latines perdues mais pas oubliées ; tout comme les saveurs du jazz et de la pop qui ont longtemps filtrées à travers les frontières closes. A partir de ces sources et de leurs propres racines gitanes, les musiciens de Zece Prajini ont bâtit la Fanfare Ciocarlia. Aujourd’hui, accompagnés de certaines des plus belles voix d'Europe, les " derviches cuivrés " roumains nous font partager des contes de la vie, de l'amour et de souffrance." Queens and Kings " célèbre l'unité dans la diversité, tout en incarnant le testament musical de la vision de Ioan Ivancea, le clarinettiste patriarche de la Fanfare Ciocarlia décédé en octobre 2006. Cet album est donc dédié à Ioan, un vrai roi gitan – un Gypsy King. (extrait du texte de Garth Cartwright)

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article