Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Treujenn Gaol

Treujenn Gaol ???

14 Septembre 2005 , Rédigé par Yvonig Publié dans #Treujenn gaol

Une page qui parle enfin de la Treujenn Gaol !

J'en rêvais et je l'ai finalement mise en place avec mes idées .

Qu'est ce la treujenn Gaol ?

D'abord un peu d'histoire de la Clarinette

Instrument à vent, de la famille des bois, composé d'un tuyau à perce cylindrique muni d'une anche simple fixée sur la table du bec. La partie inférieure de l'instrument (corps du bas) se termine par un pavillon évasé. Les clarinettes modernes sont généralement en ébène (parfois en plastique) et percées de vingt trous latéraux, ou plus, pour produire différentes hauteurs de son. Certains sont ouverts et peuvent être obturés par le doigt du clarinettiste; d'autres sont contrôlés par des clés munies d'un tampon garni de feutre. La clarinette la plus commune, la clarinette-soprano en si bémol, a une gamme de trois octaves et une sixte; elle descend jusqu'au ré (qu'on note mi), sous le do médian. Formée d'un tuyau cylindrique fermé à une extrémité, la clarinette possède une clé dite de douzième qui permet de jouer la douzième des notes fondamentales (et non l'octave comme dans le cas du hautbois et de la flûte). La musique écrite pour toutes les clarinettes est écrite comme si elle était destinée à une clarinette en do. Du fait de ses propriétés acoustiques, la clarinette en si bémol sonne à la seconde majeure inférieure des notes écrites. Les clarinettistes peuvent donc passer d'un instrument à l'autre, sans devoir réapprendre le doigté. Le terme clarinette en si bémol fait référence à la notation et non à la note fondamentale acoustique de l'instrument. Les autres clarinettes sont la clarinette-soprano en la bémol, la clarinette-alto en mi bémol, la clarinette-basse (une octave en dessous du soprano) et la clarinette-contrebasse (une octave en dessous de la basse). Le cor de basset, en vogue à la fin du XVIIIe siècle, fut un précurseur de la clarinette-alto. La clarinette fut mise au point vers 1700 par le flûtier allemand Johann Christian Denner (1655-1707), désireux de perfectionner un instrument à anche populaire constitué d'un simple tuyau : le chalumeau médiéval. Aux alentours de 1840, deux systèmes de clétage complexes furent mis au point : le système Böhm, utilisé dans la plupart des pays et breveté en 1844 par le Français Auguste Buffet, qui adapta les améliorations apportées à la flûte par Theobald Böhm, et un système à sonorité plus sombre, aux trous plus étroits, développé vers 1860 par le Belge Eugène Albert. Les clarinettes firent leur entrée dans l'orchestre vers 1780, dans le groupe des bois. L'ouverture pour deux clarinettes et cor (1748) de Georg Friedrich Haendel, le concerto en la majeur (1791) et le quintette pour clarinette de Wolfgang Amadeus Mozart, l'ouverture de Freischütz (1817-1820) ainsi que plusieurs concertos de Carl Maria von Weber furent les premières pièces qui mirent véritablement en valeur la clarinette. Très appréciée pour la couleur de sa sonorité, elle fut également utilisée par Verdi, Wagner, Brahms, Schubert, Weber, Ravel, Debussy, etc. La clarinette est également présente dans la musique populaire d'Europe centrale, notamment en Bulgarie ou dans la musique klezmer, (voir Juive, musique), et dans le jazz des années 1930, avec notamment le clarinettiste virtuose Benny Goodman.

Histoire de la Treujenn Gaol

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article